Nous suivre
19 décembre 2016
Les cauchemars de Lovecraft

Dix-huit nouvelles ont été adaptées pour la présente édition, dont quatre d’entre elles font partie des premiers récits du Mythe de Cthulhu écrits par Lovecraft : La Cité sans Nom (1921), Le Festival (1923), L’Appel de Cthulhu (1926) et La Couleur tombée du Ciel (1927).

Je suis d’ailleurs (1926), rédigée entre mars et août 1921, fut quant à elle publiée en avril 1926 dans le pulp Weird Tales qui, malgré la grosse difficulté financière liée à ses débuts, diffusait tout de même les premiers textes de Lovecraft tels que Le Molosse (1924), L’Indicible (1925), La Tourbière hantée (1926), Le Modèle de Pickman (1927) et Air Froid (1928) – tous publiés dans la collection Présence du futur des Éditions Denoël sous le titre Je suis d’ailleurs et adaptés ici par l’argentin Horacio Lalia, dont l’univers graphique est sans concession pour l’entre-deux, pas de nuance de gris ; du noir, du blanc, à la manière de Victor de la Fouente avec un brin d’impressionnisme en plus.

Le contenu de cet album parait d’abord en trois volumes chez Albin Michel sous les titres Le grimoire maudit (1998), Le manuscrit oublié (2000) et La couleur tombée du ciel (2003). Aujourd’hui, les Éditions Glénat les regroupent au sein d’un recueil graphique de très bonne facture intitulé Les cauchemars de LovecraftL’appel de Cthulhu et autres récits de terreur. Ainsi souhaitent-elles créer un pont entre deux des trois cycles bien identifiés par les spécialistes de l’œuvre lovecraftienne ? Entre les histoires macabres (≈1905-1920) et le Mythe de Cthulhu (ap. 1927), passant par-dessus le cycle onirique afin de mieux sonder l’esprit torturé de Lovecraft ? Mais l’était-il vraiment, torturé ?

Lui qui se voyait astronome, possédait un imaginaire alimenté par ses terreurs nocturnes, nous dit-on. Or, il est observé une amnésie complète chez les jeunes patients qui en souffrent. Dès lors comment pouvait-il s’en inspirer ? Une thèse admise bien que peu vraisemblable si l’on s’en réfère à l’analyse clinique. Ce qui ne répond pas à la précédente question et à laquelle il conviendrait de ne pas répondre, nous semble-t-il. Insistons plutôt sur la réelle nécessité, ou non, de la publication de cet album. Certes, le talent de Lalia est si caractéristique qu’il aurait pu être publié aux belles heures du mensuel À Suivre (Casterman). Mais, à dire vrai, son adaptation textuelle semble bien pauvre comparé au style de Lovecraft – nul doute qu’il rebutera les fins connaisseurs. Ceci dit, rien ne prouve que la bd ne soit pas une porte d’entrée sur les plus beaux textes littéraires. POur vous en faire une idée, c'est ici.

Titre : Les cauchemars de Lovecraft - L'Appel de Cthulhu et autres récits de terreur
Auteur : Adaptation de Horacio Lalia (H. P. Lovecraft)
Dessinateur : Horacio Lalia
Éditeur : Glénat
Année de publication : Octobre 2014