Nous suivre
24 juillet 2016
La pyramide des besoins humains, Caroline Solé

Christopher fuit depuis peu un drame familial. Ce qui fait de lui un jeune adulte prématuré. Non pas que cela veuille dire que tous adolescents vivant un drame familial se forgent automatiquement une majorité précoce. Ou, a contrario, l’absence de drame dans une vie d’adolescent prolonge fatalement cette période de changement. Non, nous ne disons pas ça. Toutefois, de l’épreuve naît une expérience qui, si jamais il ou elle en tire une leçon, cela le ou la fera grandir un tantinet. Et Christopher, lui, possède une rare maturité – bien qu’il rêve d'être un cow-boy, un vrai, un qui défouraille plus vite que son ombre. Chercherait-il à compenser sa condition ? Celle dans laquelle Caroline Solé, l’auteur, l’a installé – à savoir : sur un bout de carton dans un coin de Berwick Street ?
Peut-être…
D’ailleurs, qui a dit que le rêve appartient à ceux qui ont un toit ? Personne. Et cela l’arrange bien, Christopher, car, à dire vrai, il ne souhaite pas franchement devenir quelqu'un. Mais ça, c’est avant que sa vie prenne un tour assez inattendu…

La Pyramide des besoins humains, L'École des loisirs est un jeu de télé-réalité qui consiste moins à sélectionner des candidats volontaires et talentueux par des téléspectateurs avertis qu'à faire du fric sur le dos de la misère sociale et intellectuelle.
Pour ce faire, un producteur a créé sur le site de l’émission autant de pages web qu’il y a de concurrents. Puis, avant expiration d'une deadline suffisante à pondre une horreur blogosphèrique, ils devront poster un texte, une photo ou une vidéo qui prouve ô combien ils ont bien satisfait un besoin défini par la pyramide de Maslow – laquelle n'a jamais été une pyramide puisque Maslow est avant tout une théorie. Une théorie obsolète par surcroît.
Quant à la sélection, elle sera fonction du nombre de likes que recevra l’égocentrique challenger. Une validation des savoir-faire qui, entre contenus et lauriers, opte pour les lauriers, cette seule compétence des incompétents.
Aussi, Christopher, sous le pseudo de ChristopheScott54, postera ses billets d'un magasin multimédia et, irrévocablement, gravira les degrés de ladite pyramide. Très vite, il se fera repérer par Matthiew, un stagiaire de l'émission dont le travail est de surveiller les profils des candidats qui sortent par trop du lot. Sur ordre de la production, ce dernier passera ensuite des heures à influencer les votes en usant d'un trolling en règle.
Par-là, le lecteur entre dans l'arrière-cour de ces émissions qui bâtissent leurs capitaux sur la mise en abyme de la bêtise. Mais encore dans les chaumières, d'où les membres de la famille trouvent le moyen d'exprimer, au fond, un voyeurisme assez pervers.

Entre flash-back tantôt bucoliques – « …les heures passées avec mon frangin à compter les moutons dans le pré d'à côté pour rendre service au fermier, en échange de quelques prunes » – tantôt dramatiques – « ... Pour contrer le paternel, il aurait fallu un bouclier en acier et une mère pas en sucre » – et la réelle consistance des seconds rôles – Jimmy le scottish, vendeur de hot-dogs et grand frère de circonstance ; ou Suzie ouvrant le bal à ces clients impatients après avoir placé à sa fenêtre une lanterne rouge – Caroline Solé marie adroitement détresse, paranoïa et réconfort fugace.
La Pyramide des besoins humains se fond en une critique incisive et rudement bien écrite – notamment quand les obnubilés du selfie intime se connectent dans l'espoir que leurs derniers posts les propulsent vers une célébrité soudaine et inespérée. Un bien fou, ce bouquin !

Titre : La Pyramide des besoins humains
Auteur : Caroline Solé
Éditions : L'École des Loisirs
Collection : Médium