Nous suivre
21 mai 2015
Entretien avec Thomas Geha

Invité à la 5ème édition imaJn'ère, Thomas Geha, libraire, romancier, nouvelliste et fondateur des éditions Ad Astra, aime à dire qu'il turbine pour le livre. Pour preuve - si tant est qu'il en faille encore une - il donne des cours sur la littérature de l'imaginaire à l'université de Rennes 2.


Crédit photo : A.C.

Mené par Denis Piel, membre fougueux d'imaJn'ère, Thomas Geha - alias Xavier Dollo - revient ici sur la genèse de ses livres et nous dévoile ses influences par la même occasion.
Aussi, dans Alone ou le diptyque du Sabre de Sang, nous retrouvons les fils rouges du seul contre tous et de la vengeance, déjà présents dans les œuvres d'Éliane Grimaître (alias Julia Verlanger, alias Gilles Thomas) et de Jack Vance.
Et comme tout écrivain largement influencé par ses pairs, il réussi à ne pas tomber dans le piège de la pâle copie des maîtres. Comment ? En ajoutant avec parcimonie, ça et là, le sel de l'amour ou le poivre de l'humour - poussant même le bouchon à prendre au sérieux son nouveau public : la jeunesse.
Un bémol s'impose sur ce sujet, m'est avis.

Certes, les héros créés par Thomas Geha, combattent le monde dans lesquels ils évoluent. Mais, chemin faisant, ils rencontrent des personnages, des médiateurs qui possèdent un certain savoir et le leur transmettent pour réussir les quêtes. C'est pourquoi ses romans relèvent plus du récit initiatique que du romanesque aventureux. Et quoi de plus normal, pour un auteur donnant des cours à l'université, ou un éditeur, que d'écrire sérieusement pour la jeunesse. On ne rigole pas avec la transmission des savoirs quand on s'adresse à ceux qui, demain, oseront peut-être changer le monde pour le meilleur. Monsieur Dollo, pour vous, le livre, que représente-t-il au juste ? M'est avis qu'il reflète bien plus qu'un produit de divertissement.