Nous suivre
30 mai 2014
Entretien avec Benoît Broyart

Invité au Gavroche de Mûrs pour son ouvrage Si tu savais (Oskar, 2013), Benoît Broyart compare judicieusement le vieillissement à des poupées russes. S'il a 41 ans, il en a aussi 40. Puis 39. 30. Et 10 aussi. (M'est avis qu'il n'a pas encore d'arthrite pour dire ça...) Un adepte furieux de l'œuvre de William Wordsworth dont il défend, ici, la citation « L'enfant est le père de l'homme ». Aussi, n'est-il pas étonnant de l'entendre constater l'absence de poésie dans un monde où l'humain ne se conçoit que par sa capacité de travail.