Nous suivre
17 novembre 2013
L'Liger

L'Liger sacré d'hier, un trésor.
Y filaient Fûtreaux Toues et Gabares
La marine de part chez nous
Partie, elle et son patois à moue

C'te Loire l'on appelée un soir
D'où les bardes en ch'mins
Y nouent encor poèmes aux abords
Quand l'bateau, lui, décore à plein

Dès l'aurore me faut y tarder
Su'l'port chargé qu'd'Histoire
Ça respire à s'balader l'corps
Au pied du coteau à vieux terroir

À c't'heure, l'Liger ne dort
Y s'répand avec c'te pleut d'hallebardes
Détrempant l'champ jusqu'aux chaumes
Et dans l'soir nous border de psaumes