Nous suivre
01 janvier 2010
Un grenelle de merde

Tous les grenelles de l’environnement n’empêcheront pas l’inéluctable : le génocide de la diversité. C’est un grenelle du complexe militaro-industriel qui devrait voir le jour, mais cela aboutirait à prendre des mesures qui iraient à l’encontre des intérêts des producteurs d’armes balistiques, chimiques, nano-technologiques…
Les sonars par exemple, sont à l’origine des échouages de mammifères marins. Nous savons que ces derniers paniques puis s’échouent sur les plages lorsqu’une armada de navires militaires les ont activés.
Et de l’emploi massif de bombes à plutonium appauvri en Irak, ou ailleurs, il s’ensuit des enfantements immatures, monstrueux, inhumains.
Nous le savons.
Quant aux lobbies pétroliers... Ils ont tué dans l’œuf la voiture électrique. Le premier véhicule à avoir dépassé les cent kilomètres heure était – vers la fin du XIXème siècle – une voiture électrique. Pourquoi diable avoir opté pour la technologie de la pompe pétrolière plutôt que la fée électricité ? Nous le savions que le pétrole était une source épuisable ! Nous le savions.

De l’homo sapiens sapiens naquit l’homo capitalis obnubilis, un être semblable à une goule qui ne tire sa toute puissance que dans l’esclavage de ses propres enfants et la suppression de leurs rêves. Aussi, plus ses rejetons sont avilis et dépourvus d’espoir, plus la vie de l’homo capitalis obnubilis se réalise pleinement. Et pour modifier, corriger, rectifier un comportement aussi déficient, les acteurs de ce grenelle nous obligeraient à rouler moins vite pour n’émettre qu’un peu moins de CO2… et, bien évidement, nous imposeraient une taxe subsidiaire.
Nous le savons. Encore. Nous savons que de telles mesures relèvent de la carence intellectuelle qui jamais ne pourra empêcher aux lobbies industriels d’exercer leurs influences. Car pour les affronter, il faudrait au moins les inviter – si ce n’est les convoquer. Parmi les membres des différents groupes de travail, il n’y a de Total, de GDF-SUEZ, d’EDF, d’Areva, d’Assault, d’une quelconque entreprise de téléphonie mobile, aucun représentant. Un vrai grenelle de merde.

Toutefois, s’attaquer aux lobbies industriels ne suffirait pas, il faudrait aussi interdire certaines traditions. Remarquez… lorsqu’il est question de bestialité, pour lui donner libre cours, suffit de l’habiller du mot tradition. Sinon, comment expliquer, qu’aux portes de l’Europe, au XXIème s., un massacre de dauphins sur une baie ensanglantée des Îles Féroé puisse se poursuivre ?
L’omnubilis ne mérite pas de survivre aux conséquences de ses convoitises pathologiques, il n’est qu’un meurtrier dépouillé de rêves d’enfants.